L'histoire du Roubaix

Aucun vélo n’a autant dominé Paris-Roubaix que le Roubaix. Avec sept victoires à son actif, notre Roubaix utilise les pavés de l’Enfer du Nord comme terrain de jeu ultime pour développer sa lignée de technologies innovantes, prouvant au fil des années que le confort est bel et bien synonyme de performance. Voici son histoire.

L'histoire du Roubaix

Aucun vélo n’a autant dominé Paris-Roubaix que le Roubaix. Avec sept victoires à son actif, notre Roubaix utilise les pavés de l’Enfer du Nord comme terrain de jeu ultime pour développer sa lignée de technologies innovantes, prouvant au fil des années que le confort est bel et bien synonyme de performance. Voici son histoire.

2004, la naissance de Roubaix

« À la fin des années 90, les vélos de course étaient rigides verticalement, ils avaient un angle de chasse très fermé et des bases particulièrement courtes. Cela n’a pas perduré, car vous ne pouviez pas installer de pneus adaptés au monde réel. Ces vélos étaient exigeants et ce n’était pas le genre de machine adapté pour passer des heures en selle. Alors, nous avons créé le Roubaix. »
— Rodney Hines, l'inventeur du Roubaix original.

2008, Le Roubaix SL2

La création de l’équipe Quick-Step et l’arrivée de Tom Boonen en 2007 ont été à l'origine du développement du Roubaix SL2. Nous avons apporté une amélioration progressive de la rigidité torsionnelle, notamment celle du triangle arrière. Cela nous a permis de créer un vélo avec une agilité et une maniabilité exceptionnelles, tout en restant particulièrement souple verticalement. Tom a remporté deux victoires consécutives sur Paris-Roubaix avec ce châssis, en 2008 et en 2009.

2010, Roubaix SL3

Pour le Roubaix SL3, nous nous sommes inspirés de tout ce que nous avions appris pour développer le Tarmac SL3 et nous avons assorti ce nouveau châssis très léger à la géométrie du Roubaix. Nous avons également inséré les nouveaux inserts viscoélastiques Zertz et nous avons intégré le passage interne des câbles. Cette année-là, Fabian Cancellara a remporté la victoire sur Paris-Roubaix.

2012, Le Roubaix SL4

Le Roubaix SL4 était l’itération finale du Roubaix, obsédé par l’optimisation de la rigidité et du poids. La fourche et la colonne de direction ont été effilées pour équilibrer la rigidité torsionnelle et la souplesse verticale, tandis que chaque tube et couche de carbone étaient dimensionnés indépendamment pour chaque taille. Cette évolution voit également l’introduction de la tige de selle CG-R. Tom Boonen et Niki Terpstra ont tous les deux remportés Paris-Roubaix au guidon de ce vélo, respectivement en 2012 et 2014.

2017, Le Roubaix avec Future Shock

La réinterprétation la plus radicale de « Confort = Performance » est survenue en 2017 avec le Roubaix présentant la technologie Future Shock. Plus léger, plus confortable et intégrant la technologie Rider-First Engineered™, il était également doté d'une suspension active de 20 mm nommée Future Shock. Ce vélo a redéfini les standards en matière de confort sur le segment des vélos de Route performance. Après la 2e place de Zdeněk Štybar en 2017, Peter Sagan remporte la 6e victoire du Roubaix en 2018 avec cette génération.

2019, Le Tout Nouveau Roubaix

Nous y sommes. Ajoutez la composante Aérodynamique à l’équation, réduisez encore le poids et ajoutez un niveau de contrôle que vous pouvez ajuster en roulant au guidon. 15 années de recherches autour du Roubaix nous ont conduits aujourd’hui à notre vélo de Route le plus rapide et le plus performant jamais conçu. Voici le tout nouveau Roubaix.

2019, Le Tout Nouveau Roubaix

Nous y sommes. Ajoutez la composante Aérodynamique à l’équation, réduisez encore le poids et ajoutez un niveau de contrôle que vous pouvez ajuster en roulant au guidon. 15 années de recherches autour du Roubaix nous ont conduits aujourd’hui à notre vélo de Route le plus rapide et le plus performant jamais conçu. Voici le tout nouveau Roubaix.