This website uses cookies. By continuing to use this website you are giving consent to cookies being used. For information on cookies and how you can disable them visit our Privacy Policy.

Motive

Première mondiale prévue lors des Crankworx de Whistler, MOTIVE est un film qui plonge dans l’esprit de ceux qui imposent leur style au monde du VTT. Qu’est-ce qui brule dans le ventre de ces pilotes et les pousse à rouler comme ils le font ? En avant-première, chaque extrait présenté ici montre aux fans ce qui est et ce qui arrive.

Motive

Le Fond et La Forme

Le style compte pour beaucoup. Certains Riders ont un style bien à eux, au point que vous pouvez les reconnaître à bonne distance, simplement en les regardant descendre le long des Singletracks et à leur manière d’enchaîner les virages. Mais d’où vient leur style ? Est-ce simplement quelque chose d’inné, faisant partie de leur ADN et qui se manifeste lors des Méga sauts et autre plantage de guidon ? Ou peut-être de leur environnement avec lequel ils ont appris à grandir ? En fait, dans le cas de Matt Hunter et de Matty Miles, quand on parle du fond et de la forme, ils sont ex-aequo. C’est naturel, cela fait partie de leur talent et puis, il y a Kamloops. Un paysage qui a façonné un style épuré et inimitable.

J’ai vécu ici pendant près de 34 ans et je n’ai toujours aucune idée d’où provient cette magie.

Matt Hunter

C’est facile de comprendre pourquoi Kamloops est un paradis pour Riders. Les Trails sont magiques, les forêts sont luxuriantes et l’ambiance tellement particulière que l’on se croirait dans un film. Mais c’est aussi là que les deux Matt se sont rencontrés, là où ils planifient leurs prochaines aventures et ceci forme la base de leur profonde amitié. Quand MOTIVE sortira sur les écrans lors des Crankworks, nous aurons le privilège d’être les spectateurs de cette complicité qu’ils veulent bien offrir au monde.

“En préparant notre segment pour MOTIVE,” dit Matty Miles, « Nous savions que montrer aux gens comment nous roulons au quotidien serait quelque chose de très organique. Alors naturellement, pour nous préparer, nous sommes simplement partis rouler. Mais Kamloops est beaucoup plus qu’un simple endroit où pratiquer le vélo. Il y a tout un tas d’activités à découvrir. Pêcher, chasser ou tout simplement explorer. À 1 heure et dans n’importe quelle direction, il y a un paysage différent à parcourir et étant situé au centre de la Colombie Britannique, cela nous permet de nous rendre visite assez facilement. Connaître ce potentiel et ce qu’il y a autour de moi me rend créatif. »

Ils roulent donc la mythique, magique, Kamloops et nous récoltons avec nos yeux, le fruit de leur passion, comme un feu d’artifice. Une chose est sûre, il n’y a pas de combat entre le fond et la forme. Pour les Riders qui naissent et grandissent à Kamloops, C’est la même chose.


Les Esprits de la Forêt

MOTIVE

Les Esprits de la Forêt

Les bons Trails sont magiques. Ils vous contaminent par leur fluidité, vous connectent sans efforts au sol dur sous la terre meuble. Sauts, virages, pierriers et tremplins. Ils sont les claquements de doigts et les mouvements de hanches d’une danse magique, et une fois que vous avez trouvé ce Trail parfait, vous êtes sous son emprise. Ou pour le dire autrement, c’est terriblement amusant. Mais qui peut bien jeter ces sorts et d’où viennent leurs inspirations ?

La piste présentée dans ce teaser vous emmène à un nouveau niveau de sorcellerie. C’est un travail de fond, forer le terrain, déterminer une trace à l’automne, fendre des rondins, construire, clouer, couper, creuser et remblayer. Jour après jour, avec pelles, scies et sueur, les bâtisseurs travaillent pour créer quelque chose qui, ils le savent, n’offrira que 45 à 60 secondes de plaisir. Nous nous sommes assis autour de deux sorciers du ‘Trail building’, Dylan Dunkerton et Curtis Robinson, pour comprendre pourquoi et comment ils font ce qu’ils font.

C’EST PEUT-ÊTRE UN PEU CLICHÉ DE DIRE ÇA, MAIS COMMENT NE PAS SE SENTIR BIEN QUAND VOS POTES SOURIENT JUSQU’AUX OREILLES APRÈS UN RUN SUR LA PISTE QU’ILS ONT EUX-MÊMES CONSTRUIT ? NOUS CONNAISSONS TOUS CE SENTIMENT ET CELA NE CHANGERA JAMAIS. LES PISTES SONT FAITES POUR ÊTRE PARTAGÉES!

Curtis Robinson

Q : Imaginons la forêt comme une toile vierge. Quelles sont les choses que vous recherchez pour une potentielle nouvelle piste ?

Dylan : La chose la plus importante consiste à évaluer le travail par rapport à la récompense. Certaines lignes sont si naturelles qu’on peut penser qu’il n’y a presque rien à retoucher alors que certaines choses prennent beaucoup plus de temps que vous ne le pensez. Je suis toujours à la recherche d’endroits qui rendent bien visuellement et qui ont un fort potentiel pour créer une ligne. Ce qui demande le plus d’énergie est de commencer la piste. C’est beaucoup de travail et c’est très dur de rester motivé quand vous devez déplacer des blocs de pierre et des arbres. Mais si ça vaut le coup, nous le faisons.

Curtis : Généralement l’emplacement, la qualité et la configuration de l’espace sont un bon indice pour savoir où commencer. Exploitant les reliefs naturels que vous jugez appropriés pour mener votre projet. Les idées ont tendance à fuser plus vous regardez les options et les traces.


Q : Quels sont les éléments d’une bonne piste et quelle est votre idée de la piste de rêve ?

Curtis : Les éléments clés pour moi seraient de la fluidité, de bons virages avec du rythme et quelques parties aériennes entre chaque. Ma piste de rêve existe déjà au Coast Gravity Park, nous avons été assez chanceux pour construire de multiples pistes de rêve ces dernières années. Je me sens privilégié.

Dylan : Une piste de rêve n’est jamais achevée, les idées évoluent constamment. Je pense que la piste de rêve est toujours la dernière que nous construisons. Jusqu’à la suivante. Il y a tellement d’éléments qui comptent, le potentiel et les options sont infinis. C’est la beauté de la chose. C’est fait pour faire rêver et c’est pourquoi nous aimons tellement ça. Nous arrivons à construire tout ce que nous pouvons imaginer. Le travail en vaut la peine.

Q : A titre personnel, que retenez-vous de la création d’une piste ? Que ressentez-vous quand vous voyez des personnes en profiter ?

Curtis : J’aime que vous puissiez ajouter, enlever et modifier exactement ce que vous voulez si vous savez ce que vous recherchez. Cela donne un sentiment différent de rouler un Trail à l’aveugle. Vous le comprenez avant même de monter sur le vélo.

Dylan : Je fais partie du côté créatif et exécutif des choses. Désormais, le Bike Park a évolué non seulement pour moi mais aussi pour tous ceux qui viennent et passent un bon moment sur les pistes.

Q : Où et comment avez-vous appris à construire des pistes ?

Curtis : J’ai commencé à construire des pistes à l’âge de 11 ans avec les amis de mon père. Ils m’ont mis un râteau dans les mains et m’ont dit : « Allez ». J’étais accro. Au lycée, mon grand frère a commencé à construire des pistes de manière professionnelle et à tracer les pistes Freeride pour les films Kranked. C’était une source d’inspiration énorme pour moi et une direction à suivre, j’étais vraiment très impliqué à ce moment-là.

Dylan : Comme tous les gosses, c’est parti d’une rampe sur le trottoir de ma rue. Mon père, qui était menuisier, m’avait donné une vieille scie. Tout est parti de là et à mesure que je grandissais, les lignes devenaient plus grandes ainsi que les constructions. Avec l’aide de mon vieux et les outils adéquates, Curt et moi étions capables de construire tout ce que nous rêvions.

Q : Dites-nous en plus à propos de la piste dans le film. Comment la décririez-vous ?

Curtis : Nous avions construit plusieurs choses depuis la fonte de la neige. Une ligne Freeride avec plein de sauts par-dessus la ligne que Dyl et moi roulions mais aussi une autre piste de descente au CGP (Coast Gravity Park). Ces lignes ont quelque chose que nous apprécions vraiment, mais c’était aussi un bon challenge pour nous pousser à progresser. On se sent bien quand une ligne fonctionne bien de haut en bas.

Dylan : Chaque bout de piste est différent et selon le terrain, chaque zone apporte ses propres défis et nous ont challengés dans leur construction. Pour la ligne du film, nous avons passé 28 jours d’affilée à travailler du haut jusqu’en bas sur plus de 400 heures de travail pour nous et les copains et une autre semaine de travail pour la piste dans la terre meuble.

Nous rêvions d’un bloc en descente construit au sommet de souches ou de rochers. Un jour, en marchant à travers les troncs, j’ai trouvé le rocher parfait avec la sortie parfaite. Nous l’avions. C’était ce dont nous rêvions. Et après la première tentative, j’ai remarqué encore plus de potentiel en dessous, et encore en dessous. Ça a était le point de départ d’une méga-construction avec trois possibilités de départ/fin et des sections en rochers glissants de malades. Nous avions la ligne de nos rêves.

The Power to Ride More Trails

Turbo Levo FSR


Finn Iles

MOTIVE

Finn Iles

Il semblait venir de nulle part – ce jeune garçon de 14 ans qui avait envie de franchir les étapes et de participer aux Championnats du Monde de Whip lors des Crankworx, en 2014. Une campagne, #LetFinnIn l’a peut-être aidé à en arriver là mais ce sont surtout des années de pratique obsessionnelle qui l’ont vu se surpasser et lui ont permis de gagner ce jour-là. Rappelez-vous, personne ne vient de nulle part. Ce jour-là, Finn Iles n’a pas simplement pris un vélo et dit : “Oh, hey, je vais peut-être essayer ça ! » Avec Whistler comme terrain de jeu et un pilote comme Finn affinant sa technique des Whips sur les sauts de Crabapple dès l’âge de 11 ans, une chose est sûre, personne ne l’a vu venir …

Ce n’est pas la volonté d’essayer et de battre tout le monde. J’essaie juste de rouler aussi vite que je le peux.

Finn Iles

D'où vient cette envie ? Son désir, – ce n’est pas exactement de gagner, ça c’est juste le bon côté. – aller aussi vite que ses jambes lui permettent mais comment fait-il ? Ce premier avant-goût de MOTIVE montre Finn et le Coastal Crew se diriger vers l’île de Vancouver pour l’explorer. Il avait déjà croisé Curtis Robinson et Dylan Dunkerton en 2009, alors qu’ils étaient ses entraîneurs lors d’un stage. Depuis, Finn et le Coastal Crew ont défini leurs propres styles de pilotage et sont allés dans des directions différentes, mais pour eux, c’est toujours un bon moment de se réunir et de rouler ensemble à nouveau. Pendant des jours, l’équipe a creusé, parcouru et filmé Finn sur les trails pour recueillir des idées pour le film final. Cet aperçu d’une minute est juste un avant-goût de ce qu’il se passera en août.

Vancouver Island est l’un des meilleurs terrains de Riding de tout le Canada pour se former à la compétition. C’est l’endroit parfait pour filmer et passer du temps. C’était aussi là où Stevie [Smith] s’entraînait, alors c’est un lieu spécial pour rouler et filmer.

MOTIVE

About the Film

MOTIVE est une collaboration des talents de mise en scène de Mind Spark Cinema associés aux talents de tournage et de pilotage du Coastal Crew (Curtis Robinson et Dylan Dunkerton). MOTIVE a été tourné en Amérique du Nord et met en scène le style et la progression de Curtis Robinson, Dylan Dunkerton, Finn Iles, Garret Mechem, Matt Miles et Matt Hunter.

Première mondiale pendant les Crankworx de Whistler au sein du village olympique vendredi 18 août.