Clear Icon
Search Icon
Clear Icon
Search Icon
Clear Icon
Specialized Icon
  • Vélos
  • Composants
  • Textile
  • Équipements
  • Outlet
  • We are Specialized
  • Support
  • Specialized Icon
    We are Specialized
    Arrow Back Icon

    Coup de foudre avec le Levo SL en Nouvelle-Zélande

    Rencontre Avec Justin Leov

    Tout va très vite dans la vie de Justin Leov, à l'image de ses chronos sur le circuit de la Coupe du Monde de Descente. Quand il arrive à l’aéroport et nous aperçoit, il nous tend une poignée de main très ferme, celle à laquelle vous avez le droit dans le Sud. Justin est originaire de Blenheim, une ville au sommet de l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande. Nous jetons nos sacs à l’arrière de son pick-up et nous nous dirigeons vers chez lui. Pendant le trajet, nous couvrons la plupart des sujets liés au cyclisme, et nous passons un coup de téléphone au président du club de VTT local. Nous comprenons alors que Justin est toujours très actif sur la scène VTT locale qui plus est avec une énergie débordante.

    La discussion porte principalement sur les vélos, et à juste titre (Justin a un sacré palmarès dans le monde du VTT). Il est donc plutôt bien placé pour en parler. Ses histoires et la manière dont il les raconte comme si elles dataient d'hier sont incroyables. Nous nous efforçons de tout assimiler alors que nous passons d'un sujet à un autre. En côtoyant Justin, vous avez une réelle idée de son énergie et de son enthousiasme pour ce sport et vous comprenez rapidement les raisons de son succès.

    Après avoir traversé des sentiers secs et poussiéreux, nous entrons dans la propriété de Justin, nommée Jentree. Il y a une maison de campagne, une grange, une rivière et une colline escarpée derrière la propriété de Justin. Nous sortons du pick-up juste devant la grange, qui est jonchée de matériel d'entretien, d'équipements de vélo et de son vieux Land Cruiser qu'il utilise pour les trajets vers le sommet de sa colline. Les plaques de course de ses compétitions sont partout et un mur leur est même dédié. De la Descente à l'Enduro World Series en passant par le Crankworx, il y a soit une plaque de course, une médaille, un trophée ou un chèque (vous savez, ceux surdimensionnés) célébrant le succès de Justin dans le VTT. Nous sommes tout simplement époustouflés par la façon dont l'histoire du VTT est retranscrite dans sa grange. Mais plus que tout, nous avons hâte de sortir un Specialized Levo SL pour faire quelques tours sur la descente privée de Justin derrière son domicile.

    Le Levo SL

    Le coureur de VTT de Descente à la retraite Justin Leov a passé de nombreuses années sur des VTT traditionnels, mais ces jours-ci, il n'a d'yeux que pour le VTT électrique, passant la plupart de son temps au guidon du bien nommé Specialized Levo SL. Oui, il a aussi un vélo non électrique, un Specialized Enduro, mais ces temps-ci, son VTT fétiche est le Levo SL. Justin estime que les VTT électriques ont définitivement fait leur place sur le marché. Sa propriété Jentree, en Nouvelle-Zélande, comprend une colline incroyablement raide, alors le Levo SL rend cette ascension plus amusante. Et en plus, il peut descendre rapidement. Bien sûr, il est utile de connaître une chose ou deux sur le VTT de Descente, et de connaître les chemins. Mais Justin dit que le Levo adhère beaucoup plus au terrain car il est un peu plus lourd. Cela fait simplement descendre votre centre de gravité un peu plus bas.

    Les plus grands avantages offerts par Specialized en ce qui concerne les vélos électriques sont dus au fait que nous ne comptons pas sur des fabricants extérieurs pour les systèmes électriques. Au lieu de cela, nous fabriquons nos propres systèmes - moteur, batterie, contrôleurs - en concevant des systèmes électriques spécifiques à nos vélos, et non l'inverse.

    Au cœur du Levo SL, vous trouverez notre moteur Specialized Turbo Super Light 1.1. Lancé sur notre vélo de Route électrique Creo SL, le moteur Turbo Super Light 1.1 pèse 1,1 kg de moins que le moteur Turbo Full Power 2.1 présent sur le Levo et le Kenevo. Et contrairement au moteur Turbo Full Power 2.1, qui a été conçu pour maximiser la puissance de sortie, le moteur Turbo Super Light 1.1 a été conçu pour minimiser le poids et maximiser l'autonomie.

    Le Levo SL dispose également d'une batterie de 320 Wh, contre des batteries de 500 Wh ou 700 Wh que vous trouverez sur le Levo et le Kenevo, économisant un peu plus de poids. Et grâce à l'efficacité du moteur et du contrôleur, cette batterie de 320 Wh offre jusqu'à cinq heures de sortie.

    La puissance du Levo SL n'est pas écrasante comme celle de ses grands frères, mais elle est assurément notable. Ce n'est pas une montée en puissance foudroyante comme sur un Levo - où vous pouvez augmenter la puissance à fond et rouler sur presque tout à 25 km/h - mais c'est assez de puissance pour que vous puissiez toujours vous attaquer aux trajectoires les plus difficiles dont vous pourriez vous éloigner sans cette assistance. Et plus que suffisant pour vous faire avancer très rapidement sur des pentes plus douces jusqu'au sommet, avec de l'énergie à revendre pour la descente.

    Justin a rapidement compris que le couple de 35 Nm du moteur Turbo Super Light 1.1 était conçu pour imiter et améliorer une cadence de pédalage naturelle. La portée est très grande, avec une puissance optimale délivrée entre 50 et 90 tr/min. Justin s'attaque aux montées comme il le ferait sur un VTT traditionnel, prenant les mêmes trajectoires et changeant de vitesses aux mêmes endroits - avec quelques dents de plus que d'habitude - et n'a eu aucun problème à couper le moteur.

    Le moteur s'allume et s'éteint de manière très fluide, sans secousses soudaines comme sur certains autres systèmes. Et lorsque le moteur est éteint ou que vous roulez plus vite que la vitesse assistée maximale, il se découple complètement, n'ajoutant aucune contrainte à votre pédalage.

    Il est facile de se sentir un peu spectateur sur des vélos électriques une fois que le profil est descendant, mais ce n'est pas le cas avec le Levo SL. Une fois de plus, le Levo SL se rapproche beaucoup plus d'un VTT musculaire que d'un VTT électrique, et il est très facile à prendre en main. Quelle que soit la vitesse à laquelle vous roulez, le vélo est réactif et va exactement là où vous dirigez la roue avant. Sur une route plus raide, c'est à peu près la même chose : le vélo veut juste aller vite et rebondir sur le sentier, mais de la meilleure façon possible. Le vélo encourage un pilotage fun, un encouragement qui ne fait que croître au fur et à mesure que vous montez dans la gamme et perdez encore plus de poids.

    «Jentree tire son nom des anciens propriétaires, John et Jenny Meek», explique Justin. «John, surnommé "Track Man John", a été le créateur des compétition de Cross-country. Lorsque Victoria et moi l'avons acheté, nous avons décidé de conserver le nom en hommage au remarquable travail de John et Jenny. Le Cross-country était, à l'époque, plus technique que la plupart des autres disciplines, et il s'est donc fait une réputation. Ma toute première course de VTT était un XC ici, et une des montées était si raide que vous deviez porter votre vélo et la gravir à pied. C'était tellement cool de voir quelque chose comme ça dans une course, on ne le voit plus vraiment aujourd'hui. Les sentiers dessinés à la pelle n'existaient pas vraiment à ce moment-là, donc le plus simple que nous ayons trouvé avec mon père fut de creuser un peu dans la colline avec un bulldozer.»

    «Ceux-ci s'appelleraient "Les chemins de Leov", et l'étang au sommet de la colline, également construit par mon père, "L'étang de Gladys", du nom de la mère de John.»

    «Il y avait certainement un attachement à cette propriété pour moi et le fait de pouvoir l'acheter à John et Jenny a vraiment bouclé la boucle.»

    L'endroit avait besoin d'un peu de travaux, et les sentiers avaient été délaissés pendant des années, mais Justin a simplement remis les choses en place progressivement. Il est fier de la propriété et les sentiers de Jentree sont uniques. Il est évident qu'il y a beaucoup de travail à faire pour Justin ces jours-ci, mais il me donne généreusement de son temps. Zut, nous nous arrêtons même à un moment alors que nous empruntions les chemins afin qu'il puisse nous offrir un cours. Oui, il forme aussi à la technique en VTT - il n'y a pas grand-chose qu'il ne fait pas !

    L'épouse de Justin, Victoria, est son soutien le plus fidèle et elle a été à ses côtés tout au long de sa carrière. Il est clair que la performance de Justin au plus haut niveau n'est pas étrangère à la présence de Victoria qui assure l'équilibre. Bien sûr, il y a eu des moments difficiles, mais Justin dit qu'ils ont appris au fil des ans. Ce n'est pas facile quand on est Pro, souvent à des kilomètres de chez soi, de se concentrer sur le vélo. Parfois, il n'y a pas beaucoup de place pour autre chose. Pour Justin et Victoria, des années d'appels téléphoniques sont devenus des appels Skype et ils ont appris à mener une relation à distance de la meilleure des manières.

    Il faut être une personne très motivée pour mener une carrière sportive au plus haut niveau et, sans aucun doute, Justin en est une. Mais, son humilité demeure, même après avoir été l'un des vététistes les plus récompensés de Nouvelle-Zélande. Il est évident que les leçons tirées des courses à l'étranger sont utiles à de nombreux aspects de sa vie quotidienne. Son entourage est solide et sa passion pour le sport, tout en transmettant son savoir à la prochaine génération, est ce qui ressort.