Il Motivazione

Le Giro d’Italia a toujours eu sa propre saveur quand il s’agit des Grands Tours. Dans le pays de la beauté et de la passion, où la bonne nourriture et le vin sont mis en avant presque autant que les beaux vêtements et les voitures, le Giro est souvent personnifié par la passion de ses fans, c’est une course qui exalte les foules. Pour un Italien, gagner le Giro signifie devenir le héros de toute une nation.

Pour Alberto Contador, cependant, le Giro est la première partie d’une course historique qui l’a poussé à tenter de remporter deux Grands Tours en un an. Il a commencé le long du littoral idyllique de la mer Ligure, et a terminé dans l’ombre de la cathédrale de Milan. La dernière fois où Alberto est monté sur la plus haute marche du podium du Giro c’était en 2008, et sept ans plus tard, sa détermination était plus grande que jamais. Comme l’un des plus grands coureurs de Grand Tour que le cyclisme ait jamais connu, la pression de l’Histoire reposait sur les épaules de l’homme de Pinto.

Remporter un Grand Tour est un aboutissement pour tout cycliste. Pendant 23 jours, les coureurs doivent rester à un niveau de concentration et de performance maximum. Rares sont les moments de répit entre les attaques des équipes adversaires, les conditions climatiques parfois difficiles et les longues étapes. Les « jours de repos », les coureurs choisissent de rouler au moins trois heures par peur d’être trop fatigués pour repartir le lendemain, après un effort physique si constant. Les blessures sont soignées, la nourriture assimilée en quantité rationnée et les corps sont massés pour préparer un autre jour sur le vélo. En gérant au mieux tous ces paramètres, Alberto Contador a prouvé une fois de plus qu’il était l’un des meilleurs coureurs du peloton.

Pourtant, le Giro d’Italia 2015 n’a pas commencé de la meilleure des façons pour Alberto Contador. Alors leader de la course, Alberto a chuté dans les premiers hectomètres d’une étape et s’est relevé avec une luxation de l’épaule. Au soir de cette étape, avec le bras gauche plaqué le long du corps et alors qu’il ne pouvait même pas revêtir son maillot rose de leader, beaucoup ont pensé que l’aventure s’arrêterait là pour l’Espagnol qui rêve du doublé Giro – Tour de France. C’est mal connaître ce coureur hors norme qui non seulement s’est aligné au départ de la course le lendemain, mais s’est imposé au classement général de façon autoritaire.

« L’ALBERTO QUI A REMPORTÉ LE GIRO 2015 ÉTAIT UN ALBERTO AVEC UN COMPTE À RÉGLER. »

Contador a pris l’ascendant sur le contre-la-montre individuel lors duquel il relégua l’un de ses principaux concurrents Fabio Aru à plus de trois minutes. Puis ont suivi plusieurs jours en montagne où le doute persistait quant au rétablissement d’Alberto après sa chute. Au guidon de son S-Works Tarmac et avec le soutien de son équipe Tinkoff-Saxo, l’Espagnol s’est distingué lors de la 16e étape où il a réussi à contenir les attaques d’une équipe Astana bien organisée avant d’entreprendre la montée du Mortirolo. Alberto se classait troisième du jour et reprenait une minute à ses poursuivants, lui permettant d’assurer son maillot rose de leader.

Tout au long de la course, Alberto et son équipe ont été testés. Dans les ascensions de montagne les plus exigeantes, et dans les descentes encore plus périlleuses, Alberto a répondu avec ce calme mesuré qui valut tant de victoires en Grands Tours par le passé. Les victoires sur les Grands Tours arrivent souvent avec une bonne dose de chance. Pour Alberto cependant, rien de tout cela ne paraissait l’aider dans sa campagne. Et en dépit de ces malheurs, il a persévéré. En fait, sa détermination ne semblait que croître. L’Alberto qui a remporté le Giro 2015 était un Alberto avec un compte à régler. Sa puissance en montagne a été spectaculaire et à la hauteur de ce que l’on connaît chez l’Espagnol, mais l'émotion et la motivation qui l’animaient étaient nouvelles. Il a couru avec la détermination d'un champion, démontrant que sa bonne étoile est loin d’être éteinte.

Le doublé Giro-Tour a échappé à Alberto, mais il a prouvé qu’il reste une menace sur n’importe quelle course. Les prétendants au classement général sont aujourd’hui plus nombreux, mais sept victoires en Grands Tours dans une carrière forcent le respect. Il serait facile pour certains coureurs de se prélasser dans la lumière d'une carrière légendaire et réussie, mais l'Alberto Contador d'aujourd'hui semble plus affamé que jamais, guidé par la passion seule. Quelle qu’en soit la raison, un Contador au top de sa forme est toujours un régal pour les yeux.