Il Motivazione

Quand la poussière retombera, nous nous souviendrons d'Alberto Contador comme l'un des meilleurs coureurs des Grands Tours, sinon le meilleur, de tous les temps. En outre, il refuse de glisser tranquillement dans l'obscurité du crépuscule de sa carrière. Plutôt, il a réussi à trouver de nouvelles motivations pour faire face à de nouveaux défis et rivaux.

Le Giro d’Italia a toujours eu une saveur distinctive au sein des Grand Tours. Au pays de la beauté et de la passion, où le bon vin et la bonne chaire sont presqu’aussi estim��s que les voitures de luxe et les beaux vêtements, le Giro puise son esprit de la passion de ses fans. C’est une course qui enflamme les braves et glorifie les plus acharnés – gagnez un Giro et vous ne paierez jamais plus pour un verre. Remporter le Giro en tant qu’Italien, c’est devenir le héro de toute une nation. Toutefois, pour Alberto Contador, le Giro n’était uqe la première phase d’une tentative historique pour remporter deux Grand Tours en un an. Le départ a été donné sur la côte magnifique qui longe la mer Ligurienne et l’arrivée s’est fait à l’ombre de la grandiose cathédrale de Milan, où des légendes voient le jour, des esprits sont brisés et un champion, couronné. La dernière fois qu’Alberto Contador était monté sur la plus haute marche du podium du Giro remontait à 2008, et sept ans plus tard, il est de retour, plus motivé et concentré que jamais. Évidemment, la pression était forte sur les épaules de l’homme de Pinto, reconnu comme l’un des meilleurs coureurs de Grand Tour de l’histoire du cyclisme.

Remporter un Grand Tour est un accomplissement sans égal, tous sports confondus. Pendant 23 jours, les athlètes doivent fonctionner à un niveau de concentration et d’acharnement que seule une poignée d’individus possèdent. Il n’y a pratiquement aucun temps de récupération entre la menace constante d’attaques de la part des équipes rivales, les conditions météo impitoyables et le profil douloureusement long des étapes. Même les jours de repos ne le sont pas réellement car la majorité des coureurs préfèrent effectuer une sortie de trois ou quatre heures, de peur que leur corps ne tombe en état d’épuisement après de tels efforts prolongés. Les blessures sont soignées et préparées pour la prochaine journée de torture, la nourriture est consommée dans un but purement utilitaire et les muscles sont massés et réalignés afin d’endurer un autre jour d’efforts exténuants en selle. Avec toute cette activité, Alberto Contador a prouvé aux athlètes, et aux fans, qu’il était incontestablement un des meilleurs coureurs sur le circuit.

Mais ce ne fût pas un périple sans embûches. Au cours d’une première semaine harassante, Alberto fut victime d’une chute tôt dans l’étape et se blessa sévèrement à l’épaule. Pour plusieurs, son pari pour un doublé de Grand Tours avec un Giro s’évanouissait avant même d’avoir commencé. Son épaule s’était disloquée brièvement avant de reprendre sa place. Mais comme le savent ceux qui se sont déjà disloqué une épaule, la douleur ne disparaît pas lorsque le bras reprend sa place. Ajoutez un risque accru d’une autre dislocation, et cela signifie un congé forcé d’une semaine pour la plupart des cyclistes. Mais Alberto Contador n’est pas un athlète ordinaire. On ne devient pas vainqueur de trois Grand Tours en abandonnant lorsque la situation se corse. Beaucoup s’attendaient à ce qu’il déclare forfait. Pour un coureur avec le style d’Alberto, surtout avec sa technique unique pour grimper en danseuse, une telle blessure aurait pu être catastrophique. Qui aurait pu croire que non seulement il allait revenir le lendemain, mais qu’il imposerait son règne sur la course lors d’une des victoires les plus marquantes des derniers Grand Tours.

L’Alberto qui a remporté le Giro 2015 semblait carburer au courage pur.

Contador commence par dominer sur le long parcours de 59,4km du contre la montre individuel – devançant son plus proche rival, Fabio Aru, de presque trois minutes. Les jours suivants furent le théâtre d’une démonstration magistrale du talent de grimpeur en haute altitude de Contador, qui ne laissait maintenant plus de doutes quant à savoir s’il s’était remis de sa blessure. Porté par son S-Works Tarmac personnalisé, et confronté à une équipe Astana solide et organisée, Alberto s’est particulièrement illustré lorsqu’il s’est lancé seul à la poursuite d’un groupe de tête mené par les Astanas, au pied du col du Mortirolo. Il comble un déficit de près d’une minute, s’empare de la troisième et, plus tard, resserre son emprise sur le maillot rose.

Alberto et les coureurs de Tinkoff-Saxo ont été continuellement mis à l’épreuve. À travers les ascensions traitresses et les descentes périlleuses, Alberto a toujours réagi avec le calme qui lui a valu plusieurs victoires de Grand Tours. Pendant que les chaussures S-Works 6 dansaient sur les pédales, c’est une nouvelle version de Contador que nous avions devant nous, il était différent mais il restait lui-même. Dans le passé, il n’avait pas de rival en montagne, mais l’Alberto qui a remporté le Giro 2015 semblait carburer au courage pur. Pour remporter un Grand Tour, il faut souvent une bonne dose de chance. Cependant, pour Alberto, ce ne fut pas un facteur, et malgré ses malchances, il a bravement persévéré. Sa détermination semblait grandir jour après jour. Le Contador du Giro 2015 avait des comptes à régler. Bien sûr, sa puissance en montagne demeurait une menace pour ses adversaires, mais l’émotion et la résolution qui le portaient étaient nouvelles. Il a roulé avec la détermination d’un champion et a montré que son étoile n’avait pas fini de briller.

Le doublé de Grand Tours avec un Giro lui a finalement échappé, mais Alberto a clairement démontré qu’il demeurait adversaire de taille. Et bien qu’une nouvelle génération d’athlètes qui convoitent le haut du GC fait sentir sa présence, on doit tenir compte de l’homme vainqueur de sept Grand Tours. Il pourrait être tentant pour certains de se complaire dans la lueur d’une carrière fructueuse bien documentée, mais le Contador 2015 semble assoiffé d’accomplissements. Une nouvelle force l’anime et le porte là où il n’est jamais allé, vers un endroit où la victoire a plus d’importance qu’auparavant et où la motivation prend sa source dans la passion pour le sport. Quelles que soient les raisons qui le motivent, un Contador en santé et concentré donnera toujours un bon spectacle.